»Une pathologie obsédante

troubles obsessionels

Trouble ou névrose

La « névrose obsessionnelle » se caractérise par des symptômes obsessionnels ou compulsifs envahissants, survenant sur une personnalité de type obsessionnel ou psychasthénique. Ces symptômes sont qualifiées de « défenses primaires » (ie contre l'angoisse).

Obsessions et compulsions

Les obsessions (obsidere : assiéger) sont des idées ou des représentations qui s'imposent au sujet malgré lui.
"Idéatives" (autrefois "folie du doute") lorsqu'il s'agit de questions spirituelles, métaphysiques ou morales.

" Phobiques " lorsque la seule pensée de l'objet redouté (crainte d'être contaminé ou atteint par une maladie par exemple) génère une anxiété massive.

" Impulsives ", elles décrivent la peur de commettre malgré soi des actes graves et répréhensibles. Elles occasionnent une lutte anxieuse à valeur conjuratoire (qui prend la forme de pensées ou d'actes).

Les « compulsions » représentent en quelque sorte, sur le versant de l'agir, l'équivalent ce que sont à la pensées les obsessions : un acte absurde ou ridicule s'impose au sujet qui se sent contraint de le réaliser (ne pas poser le pied sur les dalles noires ou les marches « impaires », toucher un objet à un moment précis, etc.).

Des défenses destructrices

Assailli de la sorte, le sujet met en place des réponses supposées contenir les obsessions et les compulsions :

Les rituels qui se matérialisent par des séquences d'actes ( 2 pas à gauche, un claquementde main, un pas à droite par exemple) devant absolument entourer des moments banals de la vie ;
Les vérifications répétées,qui se matérialisent par une répétition d'actes simples (retourner 20 fois vérifier que le gaz est coupé ou se laver les mains des dizaines de fois par exemple).

Les unes et les autres constituent une « défense secondaire » contre les compulsions et obsessions.
Elles pourront à leur tour générer une nouvelle vague de mesures conjuratoires et ainsi de suite selon une complexité croissante et tyrannique.

Des causes enfouies

La théorie psychanalytique semble proposer l'hypothèse la plus convaincante et la plus globale pour rendre compte de l'économie psychique du névrosé obsessionnel : la valeur transgressive des obsessions et compulsions témoignerait du conflit inconscient entre le "Moi" (le sujet, en quelque sorte) et le "Ca" (la pulsion libidinale).
C'est ce conflit que le sujet tente d'aménager au moyen de divers mécanismes de défense :
- les "formations réactionnelles" (par exemple une bienveillance excessive masquant l'agressivité),
- l' "isolation" et le « déplacement » (la représentation et l'affect étant scindés, l'affect peut aller se « greffer » sur une représentation anodine, expliquant ainsi le caractère absurde des obsessions)
- l' "annulation" (qui permet à l'obsessionnel, par la « magie » de la pensée, d'annuler une pensée ou une action).

En ce sens, il semblerait que se focaliser sur un hypothétique conditionnement soit moins fructueux qu'aller à la rencontre de la parole du sujet sur son histoire, avec une particulière attention aux questions de la relation d'objet et de la structuration du désir.

Retour

»Me contacter

GSM : + 33 (0)6 86 50 22 88

 

Vous pouvez également me joindre par mail en remplissant le formulaire ici


Payant ou gratuit ?

 

Je suis une praticienne libérale et à ce titre mes actes ne peuvent pas être gratuits. La durée et la fréquence des consultations permet de moduler facilement le coût de la thérapie....(lire la suite)